Spyware : Kampuchéa reliure

Spyware : Kampuchéa

Dessin: jeanclaudebauer - Scénario: QUELLA-GUYOT
  • Projet Sandawe
  • Spyware : Kampuchéa

    Traqué ou détraqué ? Le livre édité à son nom l’a perdu. S’il veut prouver qu’il n’en est pas l’auteur, Cham devra décrypter ce qui l’entoure et affronter les démons du passé. Mais pour aller où, jusqu’où, pourquoi, pour qui… ou contre qui ?

    project board

Voir les visuels

RÉSUMÉ

Le second volet de  « Spyware » se développe en deux trames alternées : l’enquête de  Cham proprement dite, qu'il assure en solo et l’aide entreprise par le duo  Ysabe / Phil et par son père. 
Cham fait d’abord tout pour prouver  l’existence d’une « « Okuta » (cf. tome 1). 
Il explore la  possibilité d’un cryptage du livre "Otaku". 
En le relisant, il a en effet  repéré des mots aux résonances assez personnelles : un personnage porte son  surnom (« Cham »), un lieu évoque son enfance, des titres sont  empruntés à son œuvre… 
Par ailleurs, un numéro de téléphone est répété de  multiples fois, mais ce numéro n'existe pas ! 
Ce numéro est-il lui-même codé  ou est-il un code ? 
Le tome 1 de ce diptyque a été financé sur Sandawe.com et paraîtra au début de l'été 2013.

Cycle : Manipulations | Tome : 2/2 | Format : Histoire longue | Nombre de planches : 44 | Public : Tout public

  • Fantastique
  • Thriller

Avis de l'éditeur

Manipulé ? 
Victime d'une machination ou d'un dédoublement de personnalité ? 
Les auteurs parviennent à maintenir le suspense grâce à un scénario habile et surprenant, dont l'angoissante est de plus en plus présente au fur et à mesure que le héros s'enfonce dans les méandres d'un mystère qui a de quoi rendre complètement paranoïaque l'individu le plus sain d'esprit. 
Qui — ou quoi — est derrière cela ? 
Y a-t-il, en lui, ou dans sa vie passée, des démons qui puissent expliquer cet acharnement ? 
Réponse dans ce diptyque. 

Vite !
La suite attendue d'un thriller haletant.

Budget

Le budget et la grille de bonus de SPYWARE 2 ont été revus ce 26 octobre 2014 afin de lui permettre d'exister. Exceptionnellement, pour permettre aux édinautes qui n'accepteraient pas ce changement de modifier leurs dons, le blocage à 75% ne sera effectif qu'à partir du 1er novembre. De même, afin de permettre un plus gros tirage, les personnes qui le souhaitent pourront continuer à soutenir le projet une fois les 100% atteints, et ce jusqu'à la date de remise des fichiers à l'imprimeur, de sorte que les noms des donateurs puissent figurer dans l'album. Nous demandons aux personnes qui ont gagné un cadeau suite à un concours, de maintenir leur don par honnêteté et par respect des auteurs.

Les montants des 6 grands postes du budget (arrondis) de l’album Spyware 2 sont les suivants :
1/ Frais de création : ± 9.000  €
2/ Frais d’impression et de transport du 1er tirage  : ± 1.500 €
3/ Frais de promotion : ± 1000 €
4/ Frais de contrepartie édinautes : ± 4.000 €
5/ Frais de comptabilité, marge de sécurité : ± 2.000€
6/ Commission Sandawe : 2.500 €

Budget total : 20.000 €
Tirage 1ère impression: 1000 exemplaires.

Pour plus d'informations sur les budgets, voir entre autres : 

DESCRIPTION

De son côté, le copain Psy  ayant lu le livre, l’a trouvé très inquiétant : le thème des fins du  monde et autres récits d’humour noir renvoient à la définition même des  otakus qui se sentent non reconnus socialement, inadaptés, timides et  développent des fantasmes de destruction. Leur autisme technologique les  condamne souvent à ne pas parler et les pousse à devenir des héros dans leur  monde virtuel, voire des pirates de l’informatique. Le trio père, Ysabe  et Phil, décide de le retrouver…

Pas question à ce stade d’en dire plus, ce serait  donner la clé de l’énigme. 
 
Il reste que Cham va devoir  faire face à une situation particulièrement retorse qui le met en danger de  mort. Son passé y est pour quelque chose, évidemment, mais pourquoi ces  méthodes de harcèlement, cette persécution, ce sadisme qui tentent de le  broyer…?

Comment ça marche

Cliquez ici pour en savoir plus sur le fonctionnement de Sandawe.

Abonnez-vous à notre newsletter

Twitter

Facebook