Perrotin

Le Blog de Perrotin

Initiateur, Scenarist.

Les contenus des blogs des auteurs sont sous la responsabilité de ceux-ci. Ils ne sont pas supervisés ni cautionnés par Sandawe.

L'arrière-cuisine...

article image

En direct de l'arrière-cuisine du Projet LYNX (éditions Paquet)... Voici un story board de l'excellent Eremine. On remarquera au passage le soucis du détail du dessinateur dès cette première étape de la réalisation d'une planche (suivent ensuite, crayonné, encrage et mise en couleurs). La BD est un travail de titan...

2 commentaire

3500 € pour écrire un roman noyé parmi d'autres, non merci...

article image

La rémunération des auteurs de BD fait débat. Il en est de même pour les écrivains.  Je relaie ici la position de Marie Caillet publiée par le site actuallite.com :


En octobre 2017, Marie Caillet faisait part de ses interrogations quant au devenir de l’industrie du livre. Janvier 2019, les questions ont trouvé des réponses. Révélée originellement dans un concours organisé par Michel Lafon jeunesse en septembre 2010, l’auteure décide de mener sa barque seule. Elle s’en explique sans ambages.

Le 24 mai 2017, sortait le premier volume de sa saga, Les rumeurs d’Issar — Le talisman perdu, publié chez Hachette jeunesse. Un roman Young Adult pétri de fantastique et d’imaginaire, où la magie cohabite chez les Hommes... et parfois en élit un à qui elle conférera des pouvoirs spéciaux. C’était le cas de Edjan, adolescent de 16 ans, lié à un animal mythique... mais passablement ridicule. Délicieux et tendre, au milieu de grandes aventures !

Le tome 2, attendu par les fans, sortira prochainement, en effet, mais pas vraiment dans les conditions attendues. Dans un post sur sa page Facebook, elle explique, sans détour, les conditions de la parution, et ce qui l’a poussée à... quitter son éditeur. Et quitter l’édition pour cette série.
 

Chose promise, chose due ! Aujourd’hui, un post spécial Rumeurs d’Issar pour vous donner les premières infos : la sortie du tome 2, le titre... Et une explication sur ce long temps d’attente (merci pour votre patience !)
Tout d’abord, le tome 2 va donc paraître cette année, mais pas chez Hachette Romans : j’ai pris la décision d’arrêter ma collaboration avec cet éditeur, pour diverses raisons. Pour expliquer ma situation de façon très transparente, écrire un tome me prend un an, pour un à-valoir de 3500 € brut. Je dois en plus déduire de cette somme de lourdes cotisations d’auteur, plus les impôts. Bref, il me reste peu à la fin, tout cela pour perdre mes droits sur un ouvrage noyé parmi (trop) d’autres et peu défendu. 
Je passe un temps fou sur les Rumeurs, j’y mets beaucoup d’énergie et d’amour. Très simplement, je n’ai pas envie de continuer dans de telles conditions, guère intéressantes pour moi et amenées à se dégrader de tome en tome (on sait hélas que c’est le cas pour les séries). Je fais donc le grand saut : les tomes 2 et 3 seront autopubliés ! 



Pour l’accompagner, l’illustrateur Sébastien Del Grosso prolongera le plaisir. Et Le jugement des sabliers, tome 2, sortira donc au printemps. Une version numérique, ainsi qu’une édition papier en tirage limitée, nous explique-t-elle. 

Dans une tribune parue dans nos colonnes, voilà deux ans, l’auteure posait déjà les prémices de ce qui est aujourd’hui constaté : « Comme nombre de mes pairs, je suis confrontée à cette tension entre le temps souvent long de l’écriture, et celui, intense, de la production éditoriale. Deux réalités qui cohabitent et qu’il devient de plus en plus difficile d’équilibrer. »

Elle ajoutait : « À titre personnel, cela m’est arrivé lors de mes débuts : de 18 à 22 ans, j’ai travaillé sur ma première série chez un important éditeur sans toucher le moindre à-valoir. Autrement dit, sans aucune rémunération pour mon travail. 
 
Pour modifier cet état de fait, il est impératif que nous, auteurs, prenions l’initiative d’acquérir les outils et les informations relatifs à nos droits. Deux solutions s’imposent : sortir à tout prix de l’isolement, et élargir nos perspectives sur le milieu éditorial dont nous constituons pourtant la base. » 

6 commentaire

Une autre planche du projet LYNX

article image

Une autre planche du projet LYNX réalisée par l'excellent Alexandre Eremine (dessin & couleur) !

4 commentaire

A venir en 2019...

article image

Quelques planches des albums à venir en 2019 (ou après ...)  Avec, de gauche à droite et de haut en bas :


Lynx T1 - dessin : Eremine (Paquet)
Big Sky - dessin : Bourgne (Glénat)
Terra incognita T5 - dessin : Bry (Monkey Verde)
Home exchange - Dessin : Maucler (Le long bec)
Lance Crow Dog T8 - dessin : Allais (Sandawe)
En louze - dessin : Chabert (Le long bec)

11 commentaire

Planche 96 du roman graphique Home Exchange

article image

Dessin et couleurs : Maucler

0 commentaire

Home exchange

article image

Une des 140 pages du roman graphique  dessiné par Christian Maucler, à paraitre aux éditions du Long bec.

0 commentaire

Home exchange...

article image

Home exchange (à paraître aux éditions du Long Bec - dessin et couleurs de  Christian Maucler). Où la difficulté pour une femme d'aimer un inconnu qui dit être son mari... 

Pas impossible  que ce roman graphique soit  ma seconde incursion dans le monde de l'audiovisuel  (après l'adaptation de Au nom du fils pour Arte ) 

3 commentaire

Roman et BD, mêmes contraintes ?

article image

Une itv intéressante de Jean-Louis Gauthey (patron des éditions Cornélius) à lire sur le site de l'actuallité. Il y aborde, entre autre, le sujet suivant  :


"Il y a un exemple qui est souvent utilisé par des éditeurs qui, à mon sens, n'ont pas assez conscience de ce que vivent les auteurs : « Regardez, quasiment aucun romancier ou aucune romancière ne vit de ses droits d'auteur. » Sauf qu'écrire un roman, et pour le coup je le sais, ce n'est pas comme faire de la bande dessinée. Personnellement, je peux écrire deux heures par soir et j'avance, mais je ne peux pas faire une bande dessinée deux heures par soir, c'est impossible. 

Faire une bande dessinée, c'est beaucoup plus physique et cela nécessite de se mettre dans une condition particulière, qui n'est pas qu'une condition d'imagination, mais aussi de disponibilité technique du corps. Et ça, après une journée de travail, c'est quasiment impossible. Il est envisageable d'avoir un dessin relâché, qui va rejoindre une forme de méditation ; la peinture, par exemple, que je pratique et qui peut me détendre, mais la BD, c'est un travail de concentration extrême qui porte en lui-même une dimension laborieuse.

4 commentaire

LYNX

article image

C'est officiel depuis le festival Quai des bulles de Saint Malo, la série LYNX sera publiée par un éditeur suisse (Paquet), mise en images par un dessinateur russe (Alexandr Eremin) et écrite par un scénariste français (ma pomme). Vive l'Europe ! 

9 commentaire

BIG SKY

article image

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer le story board de la planche 06 de l'album BIG SKY à paraitre aux éditions Glénat et dessiné par l'excellent Marc Bourgne 

2 commentaire