Actu des projets

L'intriganteBabyCake Nous voulons vous connaître!

- L'Intrigante BabyCake

article image

Bonjour à tous, 

Notre projet avance bien, mais avant tout, nous ne voulons pas que notre création reste à sens unique. Nous sommes à votre écoute, nous voulons partager des idées! Oui, nous savons que notre sujet est "un peu" tabou, mais il peut ouvrir des discussions. Positif ou négatif, ou entre les deux, tout n'est pas noir ou blanc, nous voulons connaître votre avis sur notre bande dessinée, sous tous ses aspects, répondre à toutes vos questions et vos appréhensions! 

On n'est ben ouvert, à vos commentaires, si vous payez l'cognac gnac gnac! - Plume Latraverse - Vous connaissez! Nous ne nous prenons pas au sérieux, malgré le sérieux de notre démarche! 

Alors place au partage! Nous voulons vous connaître! ;)

la premiere version de la planche 6

- LES GENTLEMEN

article image

voici la premiere version de la planche 6  à l origine du projet les gentlemen,une ambiance plus sombre

L'intrigante BabyCake Des Déviances sexuelles insolites!

- L'Intrigante BabyCake

article image

Bonjour tout le monde, 

Aujourd'hui, nous vous présentons une case qui n'a pas été retenue pour la BD. Elle devait se retrouver dans une de nos pages "Déviances", représentant en images les paraphilies les plus insolites! Elle devait représenter la mécanophilie. Ha!ha! Pas besoin de vous faire un dessin! Nous avons choisi un autre concept incluant une voiture, preuve que les scripts sont parfois retravaillés en cours de route. Vous avez aperçu un petit bout de cette nouvelle case dans le post précédent, avec le poulet! BabyCake déguisée en poulet à la demande d'un alektotophile! Nous nous sommes amusés à lister les déviances les plus farfelues!  Nous devont par ailleurs allonger notre liste pour les prochains tomes. Si vous connaissez des déviances sexuelles vraiment drôles, faites nous en part en commentaires! 

Merci :)

SL4 - En fait, la couverture...

- Sara Lone 4 - "Arlington Day"

article image

... Est faite, finie et complètement maquettée avec tranche et 4 de couv depuis un moment. Approuvée par David et moi, avec l'adoubement de Patrick, qui il est vrai, nous fiche une paix royale sur Sara depuis le début. Grâces lui soient rendues ! Mais déflorer ? Bof, pas envie. Alors comment dire ?

 

...

 

Bon, si je dois raconter un peu, la fille est en haut d'un immeuble, avec un fusil. À lunette. Voilà.

Et il y a des pigeons. On avait d'autres idées, avec un ours et de la neige, mais au final... Non. On reste sur mon premier rough fait en trois minutes montre en main, qui a servi de base de départ.

Je crois que Bruno, Samuel et Michel, (HTF, Sam1979 et Mimassa) sont les seuls à l'avoir vue finie... Si on excepte les auteurs et l'éditeur, bien entendu.

"Les Etats-Unis d'Europe": Interview inaugurale de C. SIMON, nouvelle Présidente d'ESN France!

- Les Etats-Unis d'Europe

article image

2imagesvoir

ESN est le Réseau des Etudiants Erasmus - sans doute l'un des programmes les plus populaires de l'UE, ayant offert une expérience éducative à l'étranger à près de 10 millions de citoyens!

Par cette interview inaugurale de ses nouvelles fonctions comme Présidente de l'ESN-France, Mme Charlotte SIMON nous en présente les grandes lignes, en évoquant notamment le sentiment d'identité européenne développé par ces générations 'Erasmus':

1)     Pouvez-vous nous présenter votre Réseau, dans ses grandes lignes ? 

 ESN (Erasmus Student Network) est un réseau d'environ 530 associations existant dans 40 pays d’Europe et représentant le plus grand réseau d’associations étudiantes européen. Notre particularité est que tout ce que nous mettons en place est fait par les jeunes et pour les jeunes. Notre but est d’accueillir les étudiants internationaux et de faciliter leur intégration dans la ville où ils viennent en leur proposant notre aide dans leurs démarches administratives, en organisant des sorties culturelles ou sportives, des voyages et des événements festifs. Nous avons aussi vocation à sensibiliser à la mobilité internationale et à encourager les jeunes à partir à l’étranger en les informant sur les différents dispositifs de mobilité, en leur livrant des témoignages et en les invitant à contacter l’association ESN de leur destination pour être aidé et rencontrer des locaux.

 2)    La participation au programme Erasmus apporte t-elle une valeur ajoutée européenne aux étudiants, personnellement ou professionnellement ? Si oui, en quoi se caractérise t-elle ?  

Le programme Erasmus permet non seulement de découvrir d’autres cultures mais aussi de se découvrir soi. Loin de toute influence, les jeunes gagnent en autonomie, en confiance en eux et en ouverture d’esprit en plus d’améliorer leur niveau en langue. Les rencontres qu’ils peuvent faire, que ce soit avec la population locales ou avec les autres étudiants Erasmus permettent d’ouvrir leur esprit et de développer un sentiment d’identité européenne. La devise « Unité dans la diversité » prend tout son sens.

Professionnellement, le programme Erasmus + est une plus-value non négligeable. Partir en échange à l’étranger permet de développer inconsciemment des compétences recherchées dans le monde du travail : la prise d’initiative, la capacité d’adaptation, la sociabilité, l’esprit critique, la remise en question. Les étudiants apprennent d’autres méthodes de travail et un autre système de fonctionnement, universitaire ou professionnel selon si ils effectuent leurs études ou un stage à l’étranger. Beaucoup d’entreprises cherchent des personnes ayant l’habitude de travailler dans un contexte interculturel. Sans compter le réseau professionnel qu’on peut se créer à travers les liens tissés avec des camarades de tous horizons.

 3) Quelles seraient vos attentes ou vos propositions pour que l’UE  améliore encore ses dispositions envers le monde estudiantin ?   

Encourager les universités à promouvoir le programme Erasmus auprès de leurs étudiants. L’UE a un rôle à jouer auprès de l’enseignement supérieur. Les universités sont les premiers interlocuteurs des étudiants qui souhaitent faire un séjour Erasmus et il est important qu’elles reconnaissent elles-mêmes l’importance d’une mobilité pour encourager ses étudiants à partir. Faire un échange à l’étranger est encore trop perçu comme une année perdue dans certaines disciplines. L’UE et les universités devraient travailler communément sur une reconnaissance des diplômes et des crédits ECTS entre les différents pays partenaires.

 Reconnaître la mobilité comme un atout pour le monde professionnel. L’UE devrait également mettre en avant la mobilité comme un avantage professionnalisant auprès des universités. Erasmus est encore considéré comme un programme permettant avant tout de faire la fête alors que c’est surtout l’occasion de développer des compétences aussi bien personnelles que professionnelles, comme je l’ai cité plus haut. Si les universités ne collaborent pas avec l’UE pour mettre en avant cet aspect-là (via des ateliers pour les étudiants à leur retour d’échange ou des dialogues avec des chefs d’entreprise par exemple), il sera difficile pour les étudiants de valoriser par eux-mêmes leur expérience lors de leur recherche d’emploi.

Permettre à tous les étudiants de partir. Même si le nombre de départs en Erasmus a largement augmenté depuis la création du programme, il reste encore trop d’étudiants qui souhaitent profiter d’Erasmus + mais qui n’ont pas les ressources nécessaires. Le projet erasmusx10 (http://erasmusx10.eu/) a d’ailleurs pour but d’encourager l’UE de multiplier par 10 le budget Erasmus + pour permettre au plus grand nombre d’étudiants, quel que soit leur milieu socio-économique, de bénéficier de tous les avantages d’une mobilité.

L'intrigante BabyCake Une page prise sur le vif!

- L'Intrigante BabyCake

article image

C'est une page presque terminée, prise sur le vif! Et oui, c'est bien un... Poulet! Pourquoi BabyCake se déguise t'elle en volaille? Pour en savoir plus, il faudra continuer à nous lire. Vous aurez droit à des moments surprenants! 

Nous sommes maintenant à 49 investisseurs, serez-vous le cinquantième? 

Cotcooot! 

Aucun animal n'a été maltraité lors de la réalisation de cette bande dessinée! ;)

"Les Etats-Unis d'Europe": Interview exclusive de M. B. Snoy, Président International de la Ligue Européenne de Coopération Economique

- Les Etats-Unis d'Europe

article image

Dans notre série de portraits d'acteurs de la construction européenne - et d'aiguilleurs de ses scénarios - nous avons aujourd'hui le plaisir de présenter la Ligue Européenne de Coopération Economique, dont son Président International M. Bernard Snoy nous expose son action et sa vision du projet européen.

1) Pouvez-vous nous présenter brièvement votre Ligue ?

La Ligue se conçoit comme un réseau de décideurs économiques de bonne volonté –industriels, banquiers, hauts responsables dans les administrations nationales et européennes, la société civile et les milieux académiques – visant à exercer une pression intellectuelle sur les décideurs nationaux et européens en vue de favoriser une intégration économique européenne plus poussée. Nous voulons développer un esprit de coopération non seulement entre les Etats européens mais aussi entre les peuples et les citoyens à tous les niveaux : institutionnel, économique, social, politique et culturel. Nous sommes organisés en sections nationales et commissions internationales sur quelques grands domaines : les politiques économiques et sociales, la politique monétaire et l’avenir de l’euro, l’agriculture et l’environnement, l’énergie et l’infrastructure, la coopération méditerranéenne, etc. 

 2) Votre Ligue est plus ancienne que la CEE/UE elle-même.

En effet la Ligue a été fondée dès 1946 à l’initiative d’hommes d’Etat et de grandes figures du monde des affaires venant des pays du Benelux, de France et de Grande-Bretagne. La Ligue a été présidée notamment par le grand industriel belge René Boël, de 1951 à 1981, et par Daniel Cardon de Lichtbuer, Président de la Banque Bruxelles Lambert, de 1985 à 1999. 

 -  Quels regard portez-vous sur la construction européenne, jusqu’à aujourd’hui ?

Une très grande partie des objectifs initiaux de la Ligue ont été réalisés : l’union douanière, le marché commun, le marché unique avec les libertés de mouvement des biens, des services, des personnes et des capitaux, soumis aux mêmes réglementations, l’union économique et monétaire avec la monnaie européenne l’euro et l’élargissement progressif de l’Union européenne. Mais aujourd’hui, ces belles réalisations sont en danger : non seulement l’architecture institutionnelle de la zone euro reste fragile en dépit des améliorations qui y ont été apportées depuis 2009 ; les mouvements nationalistes et populistes remettent en question la libre circulation des personnes. Les tendances protectionnistes reviennent en force. Le Brexit fera du tort à l’économie européenne, même si les 27 pays sont moins impactés que le Royaume-Uni. Surtout apparaissent de grandes faiblesses dans des domaines pour lesquels la Ligue est moins compétente, à savoir l’union politique, le fonctionnement démocratique des institutions, la géo-politique, la défense et la sécurité. A l’arrière plan, il faut constater que les peuples européens ne se connaissent pas assez, sont victimes de préjugés les uns à l’égard des autres, se font trop peu confiance et sont donc trop peu solidaires face aux immenses enjeux de notre 21ème siècle, notamment les défis du changement climatique, de la gestion des migrations et du vieillissement de la population. Maintenant que s’estompent les objectifs initiaux de paix et de réconciliation, les Européens semblent avoir oublié le projet « civilisationnel », qui en définitive donne du sens à notre aventure commune. Nous avons trop peu conscience de tout ce qui nous unit sur le plan culturel, à partir de nos héritages communs et des valeurs qui nous sont chères. Nous devons changer le « narratif » de la construction européenne et mobiliser les énergies de tous, non seulement de façon négative face aux nouveaux dangers que seraient l’impérialisme militaire russe, l’impérialisme économique chinois et l’impérialisme digital américain, mais de façon positive  pour accomplir ce qui peut être la mission historique de l’Europe au 21ème siècle : « civiliser la mondialisation ». 

3) A travers la mosaïque de votre réseau, s’en dégage t-il une vision commune du projet européen (vers quelle forme politique doit-il tendre), de son architecture institutionnelle comme  de ses frontières ultimes?

La vision commune n’est pas nécessairement celle d’un véritable état fédéral, qui paraît encore distant, mais plutôt d’une union renforcée des Etats et des peuples européens, avec davantage de domaines de gestion commune de la souveraineté, moins d’intergouvernementalité, un renforcement des rôles la Commission européenne et du Parlement européen, et davantage de décisions prises au Conseil à la majorité qualifiée.  

La plupart de nos débats concernent les questions économiques et monétaires. Nous sommes convaincus qu’un approfondissement substantiel de l’Union économique et monétaire est nécessaire pour assurer sa survie : achèvement de l’union bancaire, création d’un fonds monétaire européen, mécanismes de solidarité face à des chocs asymétriques, budget européen (ou un budget spécifique de la zone euro) renforcé. Nous avons formulé une proposition spécifique, celle d’un « TemporaryEurobillFund », qui limiterait les risques de refinancement de la dette publique d’Etats vulnérables, tout en les incitant à mener des politiques macroéconomiques responsables. 

Sur d’autres sujets, tels que la politique industrielle, la politique agricole ou les surplus de balance des paiements de l’Allemagne et des Pays-Bas, nous pouvons avoir des opinions plus contrastées mais toujours des débats intéressants. Nous sommes très attentifs aux convergences nécessaires et à l’importance des politiques sociales pour que tous les pays de la zone euro et tous les citoyens bénéficient de l’Union Economique et Monétaire. Nous sommes très préoccupés du fait qu’aux yeux de beaucoup d’Européens, l’euro n’ait pas tenu ses promesses et que l’Union européenne ne soit plus regardée comme une source d’espoir. 

Au cours de ses plus de 70 ans d’existence, la Ligue s’est élargie aux nouveaux Etats membres alors qu’elle s’est affaiblie dans les Etats fondateurs de la Communauté Economique Européenne et a cessé d’exister au Royaume Uni. Le paradoxe est que ce sont des sections créées récemment, comme celles de Roumanie et de Bulgarie qui sont parmi les plus dynamiques et enthousiastes.  Pour celles-ci, l’Union européenne n’a pas encore atteint ses frontières ultimes et devrait un jour englober les pays candidats des Balkans occidentaux.  

 

CB : Chouette une fée !

- Chastity Blaze

article image

Et pas n'importe qu'elle fée ! 

////36- PLANCHE 2 : VOUS ÊTES PARTI DEPUIS SI LONGTEMPS, COMMANDANT...

- Parallèle 4

article image

Et voilà la planche 2 !!

Ne vous en faites pas : comme la 1, elle ne révèle rien du tout, elle aurait même tendance à vous embrouiller complètement...

Voici donc Sylan Kassidy qui braque son arme sur la tête de la Présidente des Etats-Unis. Mais pourquoi ?? Sylan n'était-il pas resté, barbu et solitaire, sur la Terre parallèle ?
Et où est donc passé le président Ashton Saint-John ? Mazette, que de suspense !!!

Gruuuuuuuuh !