Pourquoi prélevez-vous une marge de 10% dans les projets libres alors que d'autres ne prélèvent que 8% ?

Nous ne sommes pas un simple site de crowdfunding, mais une maison d'édition. Dans tous les cas, que ce soit pour les projets Sandawe ou les projets libres, les auteurs et initiateurs de projets bénéficient de conseils et d'un soutien éditorial. Les autres sites se contentent d'offrir un outil de financement. La différence, minime en termes de coût mais importante en termes de service aux auteurs, justifie cette petite augmentation de pourcentage.

Un projet libre peut-il être distribué en librairie ?

Les albums de bande dessinée financés en projet libre peuvent être distribués en librairie. Ils bénéficient alors des mêmes services que les albums Sandawe : une équipe commerciale les présentera aux libraires en Belgique (Dilibel), en France (LaDiff), en Suisse (Diffulivre) et au Québec (Hachette Québec). Mais ce circuit est très coûteux et tous les albums n'ont pas le potentiel pour y être distribués. Sandawe opère donc un choix parmi les projets qui lui sont proposés, afin de ne pas mettre en librairie des albums qui n'ont aucun espoir d'y survivre.

Qu'est-ce qu'un projet libre ?
Un projet libre est un projet (d'album ou de tout autre chose liée à la bande dessinée, comme des objets, sérigraphies, émission TV, festival, site internet, magazine, tirages spéciaux, etc.) entièrement ou partiellement géré par son initiateur.
Il en est entièrement responsable, mais Sandawe, son équipe, ses prestataires, ses partenaires, peuvent intervenir pour l'aider à mener son projet à son terme. Par exemple, par une supervision éditoriale, une direction artistique, la mise en page, la commercialisation, etc.
Quelles sont les différences entre un projet libre et un projet Sandawe ?

Dans un projet Sandawe, l'auteur cède, sous la forme d'un contrat de cession de droits, l'exploitation de son œuvre à Sandawe, pendant une durée déterminée, et en échange, Sandawe gère tout : il paie les droits d'auteur, gère la fabrication, l'impression, la promotion, la fabrication, la fabrication et l'envoi des contreparties, etc. Les édinautes du projet reçoivent une partie de la marge. L'auteur touche 10% sur le prix de vente sur chaque exemplaire vendu, une fois dépassée l'avance sur droits éventuelle.

Dans le cas d'un projet libre, l'auteur signe une convention par laquelle il demande à Sandawe d'effectuer (ou non) diverses prestations une fois que le budget a été financé. Il conserve la totalité de ses droits et gère la fabrication, l'impression, la promotion, la fabrication, la fabrication et l'envoi des contreparties, etc.  Tous les bénéfices des ventes sont pour lui. Il ne rétrocède pas une partie de ceux-ci aux édinautes. Sandawe peut l'aider à réaliser chacune des étapes d'édition et de commercialisation, avec son équipe, ses prestataires et ses partenaires. Les coûts de ces prestations sont inclus au budget de financement. L'auteur n'a rien à débourser.

Dans certains cas, le projet peut être commercialisé par Sandawe, soit via sa boutique en ligne shop.sandawe.com, soit via ses partenaires qui lui assureront une présence en librairie.

Pourquoi Sandawe propose-t-il des projets libres aux initiateurs de projets ?
Initialement, la seule option pour un initiateur de projet était de signer un contrat de cession de droits et de laisser gérer la totalité de son projet par Sandawe. Sandawe, avec ses prestataires et ses partenaires, prenait tout en charge : rémunération des auteurs, direction éditoriale, correction, fabrication, promotion, commercialisation, rémunération des édinautes, etc.

Mais, vu la quantité de prestations, les budgets à financer sont très élevés. D'un autre côté, les auteurs sont de plus en plus capables, grâce à l'informatique, de gérer de plus en plus de phases de réalisation d'un livre. Pourquoi, dès lors, payer un éditeur pour la totalité des prestations ? Sandawe a donc proposé aux auteurs de financer leurs projets via sa plate-forme, et de ne prester que ce qu'ils ne parviennent pas à réaliser eux-mêmes. Par exemple, l'impression ou la commercialisation. Seules sont donc intégrées au budget les prestations effectivement à la charge de Sandawe, de ses partenaires et de ses prestataires.

Certains projets, en outre, quelles que soient leurs qualités intrinsèques, ne peuvent être commercialisés que dans une "niche" et n'ont aucun espoir d'être massivement distribués en librairie, ce qui est l'ambition des projets Sandawe. Sandawe a ouvert son financement à ce type de projet, principalement vendu par son initiateur, mais en autorisant aussi un complément de vente via sa boutique shop.sandawe.com. Dans certains cas, ils pourront néanmoins bénéficier d'une distribution en librairie.

Enfin, outre les albums de bande dessinée, nombre d'initiateurs de projets ont besoin de financement pour des produits dérivés, des sérigraphies, des tirages de tête, des festivals, des magazines, etc. Grâce aux projets libres, ils peuvent les faire financer dans une communauté 100% BD.
Un projet libre est-il de l'édition à compte d'auteur ?
Non. En aucun cas. L'initiateur ou l'auteur du projet ne doit rien débourser de sa poche. Tous les frais, y compris les prestations de Sandawe, de ses partenaires et de ses prestataires spécialisés, sont inclus au budget de financement.
Cela n'a rien à voir avec l'édition à compte d'auteur comme en proposent certains sites ou éditeurs, où ces derniers proposent à l'auteur d'éditeur leur livre, mais leur font tout payer !

Ce n'est pas non plus de l'auto-édition, où l'auteur doit tout gérer lui-même et prendre en charge tous ses frais.

C'est de l'édition à compte de lecteurs ou à compte d'édinautes : ceux qui apprécient le projet participent à son financement et, en échange, reçoivent des contreparties physiques, comme le projet réalisé, des ex-libris, des tirages numérotés et dédicacés, etc.

Peut-on recevoir une partie des bénéfices des ventes dans le cas d'un projet libre.
Ce n'est pas prévu et, en aucun cas, Sandawe n'interviendra dans une rémunération quelconque des édinautes d'un projet libre. Il peut arriver que certains initiateurs de projets aient envie de partager les bénéfices des ventes avec leurs édinautes, mais c'est à leur seule discrétion, et sous leur entière responsabilité. 
Dans un projet libre, qui est responsable de la réalisation et de l'envoi des contreparties

Le seul responsable est l'initiateur du projet, qui doit être contacté en cas de problème ou de question relative au projet libre. Dans certains cas, Sandawe peut le soutenir et réaliser des prestations pour lui, mais il reste seul responsable de la réalisation et de l'envoi des contreparties. Sandawe ne répondra pas aux questions le concernant.

A qui dois-je m'adresser en cas de question ou de problème lié à un projet libre ?

Le seul interlocuteur en ce qui concerne les projets libres est l'initiateur de projet. C'est lui qu'il vous faut contacter. Sandawe ne répondra pas aux questions spécifiques liées aux projets libres car elle n'intervient qu'en tant que plate-forme de financement.

Qu'est-ce qui se passe si l'initiateur de projet ne réalise pas son projet ou les bonus liés à celui-ci ?
Les édinautes doivent contacter directement l'initiateur du projet et trouver un accord avec lui. Soit obtenir une compensation, soit un remboursement des sommes versées. En effet, il s'est engagé, en présentant le projet sur la plate-forme, à réaliser celui-ci en cas de réussite du financement et à envoyer les contreparties prévues, ainsi qu'à rembourser les édinautes en cas de défaut de ses engagements.
Quels sont le rôle et la responsabilité de Sandawe dans un projet libre?
Sandawe, dans le cas d'un projet libre, se limite à un rôle d'outil de financement, comme Ulule, KissKissBankBank, Kickstarter, etc.

L'initiateur peut demander à Sandawe d'effectuer des prestations spécifiques pour l'aider à faire aboutir son projet : soutien à l'édition, correction, impression, fabrication, etc. Pour ce faire, Sandawe fera appel à ses partenaires et prestataires spécialisés. Ces prestations sont inclues dans le budget à financer. Sandawe s'engage, par rapport à l'initiateur du projet, à effectuer les prestations qui lui sont commandées. Sa responsabilité est, dans ce cas, uniquement relative à celles-ci et uniquement par rapport à l'initiateur de projet, qui reste seul responsable et seul interlocuteur dans les relations avec les édinautes du projet.
Comment se construit le budget d'un projet libre ?
L'initiateur d'un projet libre doit d'abord estimer de combien il a besoin pour élaborer son projet indépendamment du financement. S'il ne peut le réaliser seul, il utilisera les services de prestataires. Sandawe peut intervenir en tant que tel, ou faire appel aux équipes avec qui elle a l'habitude de travailler. Le coût de ces prestations est ajouté au coût initial. En échange de leur donation, les édinautes du projet reçoivent des contreparties, qu'il faut fabriquer. Cela a également un coût. Enfin, il faut les expédier, dans un emballage très solide. Et les frais postaux sont, souvent, très élevés. A tout cela, il faut ajouter une commission de financement.
L'équipe de Sandawe aide les initiateurs de projets à élaborer leur budget. Elle peut leur conseiller des prestataires fiables aux prix raisonnables. Le but est de réussir à réaliser le projet dans le budget le plus bas possible afin de le rendre finançable. Sachant que, dans le cas des projets libres, il est possible de récolter plus d'argent que ce qui a été calculé au départ. Cela permet un niveau de qualité plus élevé, ou une meilleure rémunération de l'auteur, ou un plus grand tirage, etc.



Comment investir dans un Projet libre?

De la même manière que dans un projet Sandawe. En choisissant une ou des contreparties (vous pouvez cumuler des contreparties), ou l'option "Je veux juste soutenir le projet" et en indiquant la somme de soutien. Puis en cliquant sur "Ajouter au panier". Validez ensuite en cliquant sur votre panier en haut de l'écran et terminez l'opération en payant par le moyen de votre choix.

Puis-je retirer mon investissement d' un projet libre?
Oui, tant que le niveau de 100% n'est pas atteint. Une fois celui-ci atteint ou dépassé, les retraits ne sont plus possibles.
Comme dans le cas des projets Sandawe, où la parution est garantie et les retraits bloqués dès 75% du budget, un Initiateur de Projet a la possibilité d'indiquer un pourcentage de budget à partir duquel il garantira la parution. Dès l'atteinte de celui-ci, les retraits seront bloqués. Cela sera indiqué par la mention "Parution garantie".
Pourquoi les investissement dans un projet libre peuvent-ils dépasser les 100%?

Il y a deux raisons :

- ces budgets sont calculés au plus bas. Les dépasser permet une meilleure qualité, des contreparties plus intéressantes... et une rémunération pour l'auteur, souvent absente du budget de base.
- il n'y a pas de rémunération des édinautes. Dans le cas d'un projet Sandawe, une somme misée sur un projet donne droit à une proportion de la marge nette résultant des ventes. Par exemple, si vous misez 250 € sur un budget de 10000 €, vous toucherez 250/10000=2,5% de la marge. Si on laisse dépasser le budget et qu'il arrive, par exemple, à 15000 €, vous ne toucherez que 250/15000=1,7%. Votre participation étant diluée, vos gains le seront tout autant. Cela n'existe pas dans les projets libres, qui peuvent donc dépasser le budget.

Dans les projets libres, y-a-t-il une parution garantie avec l'atteinte des 75%?

Non. Cela n'est le cas que dans les projets Sandawe où l'éditeur garantit la publication dès l'atteinte de ce seuil.

Par contre, dans les projets libres, les Initiateurs de Projets peuvent décider qu'à partir d'une certaine somme atteinte, le projet sera réalisé quoi qu'il arrive. Ce sera alors indiqué dans la description du projet. Dès l'atteinte de ce niveau, les retraits seront bloqués. Mais le financement pourra se poursuivre jusqu'à 100% et même au-delà.

Est-ce que le budget d'un projet libre peut changer en cours de route?
Oui? L'initiateur du projet libre peut adapter le budget tant que les édinautes qui seraient en désaccord peuvent retirer leur investissement. C'est à dire soit tant que le niveau de 100% n'est pas atteint, ou que la parution n'est pas garantie car, dans les deux cas, les retraits ne sont plus autorisés.
Qu'est-ce que l'incubation d'un projet ?
Lorsqu'un projet est accepté, il faut s'assurer qu'il disposera d'un minimum de soutien pour avoir un espoir de démarrer. Il est donc mis en ligne et accessible via un lien direct que l'auteur ou l'initiateur de projet communique à ses connaissances, sur sa page Facebook, etc. afin de les inviter à entamer le financement. Lorsqu'un certain nombre de personnes (actuellement dix) ont investi, il devient visible sur l'ensemble du site. Le délai pour rassembler ces personnes est d'un mois à dater de la mise en ligne du projet.